Réagissez sur le forum

 

 

Bill Clinton Kalonji

Site officiel: www.bill.cd

Discographie et paroles

 

 


Accueil - LingalaForum  - Artistes  - Liens - SiteMap - A Propos 

Biographie

Parcours d'un artiste: Bill Clinton Kalonji

Bill Clinton : un talent, un style, une référence, une carrière.

«Nsengo Ku Dibende », « Cheval blanc », « Spone Mackintosh », « Monseigneur », « Bill Clinton », « Nécessaire », « L'homme de la nécromancie », etc.
Tous ces pseudonymes lui sont attachés par ses admirateurs, émerveillés par ses performances artistiques. Didier Kalonji, puisqu'il s'agit de lui, a beaucoup taillé dans l’art de l'animation, en ce qui concerne la musique congolaise. Depuis quelques années, il plane dans la sphère des vedettes congolaises, en se positionnant chef de file d’une nouvelle génération musicale, la « 5ème génération ».

Bill Clinton est le patron de l'orchestre « Marquis de Samouraï », après un parcours brillant dans les groupes « Wenge
Musica Maison Mère » et « Marquis de Maison Mère”

Artiste de prédilection, Didier Kalonji voit le jour à Kinshasa le 4 juillet 1979. Il est issu de l’union de M. Kalonji Mukeba et Mme Bilonda
Kabengele. Ses premiers concerts à Kinshasa remontent vers les années 1995.
C'était dans la commune de Kalamu au sein du groupe « ABC ». Dans cet orchestre, il fait valoir son charme et son talent d’animateur, et aussi son charisme exceptionnel qu’il a su maintenir jusqu’à ce jour. Il va, plus tard,, prouver ses talents fabuleux dans l’orchestre « Dona Beija »
(Makala).

 

 

Quelques mois plus tard, il est compté dans les rangs du groupe
« Staff London » avec des cris d’animation tels que : « Situtala », « Ah de guerre », etc. Ensuite, il côtoie l’orchestre « La Geneva », avant d’être courtisé par les fondateurs de l’ensemble « Royaume Lifaki » à Bandalungwa.
Très sollicité, il se décide d’abandonner ses études au profit de la musique, en évoluant désormais professionnellement.
 

À l’orée des années 1997, il joue dans le « Groupe Jolino ». Quelques mois plus tard, il vole vers les florissantes pâturages de l’orchestre « Wenge Musica Maison Mère » qu’il prend de l’ampleur et impose son diktat à travers des plages qu’il offre aux mélomanes. De succès en succès, il trône, pendant plusieurs années, au dessus de la mêlée, raflant plusieurs mérites de « meilleur animateur » de la RD Congo (Prix ACMCO). Ce couronnement lui vaut l’avènement de son école avec un style particulier, lequel est imité dans tous les orchestres dont les patrons rêvent d’avoir un « Bill Clinton » à eux. Aux côtés de Werrason, il gravit les marches des salles mythiques d’Europe à savoir : Olympia, Zénith, Bataclan, Bercy, Palais des sports, LSC, Forêt Nationale et autres dans le monde, lesquelles ont vibré au rythme de “ Tatu Kansebu”, “Hélicoptère” et autres cris d’animation attrayants.

 

C'est en 2004 qu’il quitte le toit de son père artistique et s’en va créer le groupe « Marquis de Maison Mère », avec la contribution de Ferre et Jus d’Eté Mulopwe, tous transfuges de Wenge Musica Maison Mère. Malheureusement, le démon de la séparation envoûtera les principaux concepteurs de cet ensemble qui, en l’espace d’une année, se disloqua, en léguant aux discophiles un opus, « Miracle », qui confirmera, de plus belle, ses talents épanouis. Courageux et ambitieux, Bill Clinton regagna Kinshasa, étincelant de succès, et mit sur pied sa propre structure musicale dénommée « Marquis de Samouraïs ». Seul maître à bord, il a su révéler ses potentialités de meneur d’hommes et s’est confirmé dans la cour des grands avec à la clé un album, « Kizoba zoba » dans lequel il chante et lance des cris emballant.
C’est la consécration d’une carrière musicale confirmée. Dans cet élan, « Spone Mackintosh » réussit où bien d’autres aînés se cassent les dents. En quelques mois, il visite quelques provinces de la RD Congo et d’autres villes africaines (Luanda, Brazzaville, etc.) où il y laisse toujours bonne impression avec ses musiciens, communément appelés « Samouraïs ».La musique, pour lui, c’est le métier qui correspond le plus à son envie de croquer la vie à belles dents. Des artistes comme lui, il n’y en a plus beaucoup. Bill Clinton est de la race de ces parfaits musiciens-chercheurs qui savent trouver les délices en faveur du plaisir des mélomanes. Depuis bientôt dix ans, joue et gagne à chacune de ses apparitions scéniques. Grâce au génie qu’il sécrète à travers ses cris à thème, Bill Clinton tend un miroir ironique lors de ses spectacles percutants. Il peint, à travers ses impulsions, les tableaux de la vie courante, en y ajoutant une pincée d’humour dans ses gestes et dandinements. Au regard de tout ce qui précède, la tête de file de l’orchestre “ Marquis de Samouraïs” s’illustre comme étant le phare qui éclaire toute une génération d’animateurs qui s’inspire de ses empreintes, lesquelles ont apporté une clé qui ouvre toute une destinée devant eux. Voilà ce que l’on peut dire du personnage qu'incarne Bill Clinton, un artiste musicien aux ressources infinies, considéré actuellement comme la sève vivifiante de l’art de l’animation de la RD Congo.