Paroles Lingala Forum Contact

Changer de position c’est une chose, mais se maintenir dans cette nouvelle posture en est une autre

Gatho Beevans

Paroles

Ba nzembo ya Gtaho Beevans

Interview

Parcours d'un artiste: Gatho Beevans

CB: Parlez-nous de parcours musical et de la plus grande influence que vous avez subie dans votre le style musical ?

Professionnellement, j'ai commencé dans les années 90 avec les lever de rideau de Zouk machine, Tshala Muana, Kassav et la réalisation de L'album Azalaki awa qui m'a propulser en tant qu'artiste de renommée internationale. Néanmoins, j'ai composé ma première chanson ‘ Lili' à l'âge de 6 ans.

Étant exposé à toute une panoplie de genre musical dès mon enfance, mes influences sont légions, j'ai du respect envers tout artiste qui grâce a son travail, se fait une place dans les cœurs des mélomanes.

CB: Quelle est votre plus grande source d'inspiration et les thèmes que vous abordez souvent dans vos chansons ?

Musicalement parlant, je suis ouvert à tous les genres.

De la musique pop au Jazz en passant par le classique et le traditionnel, etc…

Pour les thèmes, j'essais d'aborder des sujets susceptibles d'avoir un impact positive dans la vie des mélomanes tout en évitant tout ce qui frôle a l'obscénité, profanation et dépravation des mœurs.

CB: Cela fait belle lurette que l'on a entendu parler de Gatho, ou étiez-vous donc passé ces derniers temps ?

D'une part ma relocation n'a pas été une chose facile; l'adaptation socio-culturelle dans mon pays d'adoption. D'autre part, trouver mon appât artistique (ma touche personnelle) et affronter une industrie musicale très développée.

Ceci étant résolu, il est temps de faire goutter le nouveau Gatho à un public plus élargi.

CB: Vous êtes aujourd'hui installé à Atlanta en Géorgie (USA). Quelles sont les raisons qui vous ont fait quitter le pays ( RD Congo ) pour vous installer dans un pays comme les USA?

L'insécurité des personnes et des biens dans ce grand et beau Congo n'est pas un secret et certainement pas une fierté. Prions et espérons que les choses vont changer pour le meilleur, après ces élections.

CB: Vous avez apporté un nouveau son dans la musique Congolaise, et des pas de danse qui sont généralement attribues à la Pop Music ou encore au R&B. Aujourd'hui, on entend parler de la World Music. En êtes-vous un des adeptes? Et quelle genre d'audience ce genre musical vise-t- il ?

La world music comme son nom le dit est la musique du monde, la musique de l'ère actuelle qui est celle de la mondialisation, soutenu par la technologie de l'information très poussée. Pour moi c'est une musique de libération d'expression et d'expérimentation. Vu que l'audience est mondiale, tous les coups sont permis (sans péjoration). Je trouve très intéressant, le brassage des langues, genres, instruments, chorégraphie du globe dans une œuvre artistique.

CB: Aujourd'hui, la musique Congolaise est en perte de vitesse sur le continent Africain. Quel est selon vous le facteur de ce ralentissement et comment est-ce que vous, en tant qu'ambassadeur de cette musique, comptez-vous remédier à cette situation ?

Absolument, la musique reste musique quelque soit le thème (sujet) aborde. Notre musique est contagieusement dansante et enflammée, il faut seulement trouver des éléments de variation pour la garder perpétuellement à jour.

CB: Comment juges vous la musique Chrétiennes en générale et Congolaise en particulier. Y a-t- il un groupe ou un artiste Chrétien qui particulièrement attire votre attention?

Il y a un grand progrès dans la musique chrétienne du Congo, surtout sur le plan de la qualité du son, quant aux talents ce n'est pas le Congo qui en manque. Je les admire tous, chacun dans son unicité.

CB: Nous venons d'apprendre que vous préparez la sortie de votre CD Gospel. Parlez-nous de ce nouvel album? C'est un privilège pour moi de sortir ce Gospel CD après avoir été arrache' de la mort , restauré et plus grave encore élevé, c'est plus qu' un privilège pour moi de louer Dieu en la personne de mon sauveur personnel et seigneur Jésus Christ. Non seulement le CD gospel mais aussi un livre qui suivra le CD.

CB: Quelles sont vos stratégies de promotion et de vente pour vos produits aux USA, en Europe et en Afrique (notamment au Congo). En quoi est-ce que Congoboston peut vous aider à accomplir ce projet?

Étant donne' que j'ai à faire avec une industrie musicale, je vais laisser a tout un chacun sa part du Gatho (Gateau) ; Promoteur/manager/record label/distributeur etc.… Congoboston est un partenaire de taille dans ce qu'il fait le mieux, notamment informer, promouvoir et pourquoi pas jouer un rôle efficace vu son audience, dans la commercialisation sur internet du CD.

CB: Prévoyez-vous une tournée américaine dans un proche avenir dans le cadre de la promotion de ce CD? Absolument.

CB: Quelle est votre recette du succès dans la carrière musicale, et le conseil que vous donneriez aux jeunes artistes musiciens qui veulent réussir comme vous ?

Mettre Dieu avant tout car c'est lui qui donne les dons et les talents, puis travailler dur en restant ouvert a toute sorte de tendance musicale.

CB: Pour terminer quelle est cette question que je ne vous ai pas pose' que vous aurait voulu que je vous pose au cours de cette interview et donnez en vous-même la réponse ?

Je pense que nous avons fait le contour de tout ce qui peut intéresser le public et je vous en remercie.

CB: Avez-vous un dernier mot pour vos mélomanes des Etats-Unis en générale, et la diaspora Congolaise des Etats-Unis en particulier ?

God is love, so let's love one another, as for me, I love you all!!! Dieu est amour, aimons nous les uns des autres, en ce qui me concerne, Je vous aime tous!!!

**************************

Propos recueillis par Christian Kanonga
Editeur de la page Politique et société
www.congoboston.com

11 Février 2007Source: congovision

 
Biographie:

bgcolor="#FFFF9D">

‘‘Azalaki see awaa se awaaaa’’, ces paroles nostalgiques tirées de l’album ‘‘Le meilleur de sa génération’’ et en remix dans celui de ‘‘L’Amour Propre’’, font penser à son compositeur congolais Bienvenu Gatho alias Beevens. Ce jeune homme, qui au début des années 90 a bouleversé les données de la musique congolaise, revient au pays en force et en forme avec un autre statut, celui du musicien chrétien. Après avoir donné sa vie à Christ, pour rejoindre ses aînés musicaux à l’instar de Débaba, Carlito, Bimi Ombale et les autres, Bienvenu Beevens revient à Kinshasa pour remettre les pendules à l’heure de la musique chrétienne.

Ce Congolais aux multiples talents, auteur compositeur, chorégraphe, arrangeur ramène avec lui un nouvel opus qu’il a enregistré aux Etats-Unis d’Amérique où il a élu domicile. Cet appel au Seigneur s’annonçait et se pressentait d’avance dans le parcours de ce jeune artiste. Dans ses compositions, il ne manquait jamais de prévoir un ou deux titres de ses œuvres dans lesquels il reconnaissait la grandeur de Dieu et ses merveilles, entre autres dans ‘‘Nkolo Yezu’’, cinquième extrait de son album ‘‘Amour propre’’ et ‘‘Lokumu na Nzambe’’ tiré de ‘‘Le meilleur de sa génération’’.

Pour ceux qui ne le savent pas, Gatho Beevans est le géniteur des albums ‘‘Le meilleur de sa génération’’ qui contenait huit titres : ‘‘ Azalaki Awa, Ngoma Ya Kwetu, Limbisa Nga Mama, Serment Tosalaki, Coup De Foudre, Lokumu na Nzambe, Ambiance A Gogo, Azalaki Awa’’ et ‘‘ Amour propre’’, un tube qui l’aura consacré au firmament de l’autre musique. Cet opus contenait six titres : ‘‘Office De Route, Bwale ya Bolingo, Azalaki Awa Remix, Sebene, Nkolo Yezu, Coup De Foudre’’. Une décennie, après, Gatho Beevans demeure toujours le même sur le plan artistique et bien plus meilleur encore.

Changer de position c’est une chose, mais se maintenir dans cette nouvelle posture en est une autre. La décision de ce jeune artiste ne sera pas semblable à celle de Papa Wemba, pour n’est cité que lui, qui après sa libération de la prison, avait annoncé sa conversion, mais après il est retourné dans son ancienne musique.
 

David Ilunga

Source : lerevelateur.net

Copyright ©Mai 2008 www.kasaflo.net - SiteMap - A propos -Tous droits réservés. Réalisé par K. Flory